Citoyenneté(s).

Citoyenneté(s).

Sous la direction de Martine Spensky
Presses Universitaires Blaise Pascal, 2003

Depuis le milieu des années quatre-vingt, les demandes de droits sont de plus en plus fréquemment formulées en terme de “citoyenneté”. Ce vocable a envahi l’univers du discours politique, dans la plupart des pays occidentaux. Il a même donné naissance, en français, à un adjectif dont le sens reste assez flou bien que les médias l’utilisent abondamment. Il y a des « cafés citoyens », des fêtes « citoyennes », etc. Il s’agit là d’un dévoiement du concept, lui-même polysémique, à la fois à travers l’espace et à travers le temps. Il n’est pas univoque. Le débat politique est en effet le lieu où s’affrontent les différentes définitions de la citoyenneté ; celui où elles se forgent aussi, dans un mouvement de va-et-vient. Chacun des chapitres de cet ouvrage réinterroge l’un des aspects de la citoyenneté, dans une aire culturelle donnée, dans la période contemporaine. Bien que les aires socio-culturelles étudiées se situent toutes en dehors de l’Hexagone, le débat français est, de façon plus ou moins explicite, la référence commune.

Since the mid 1980’s claiming rights has been more and more frequently made on the basis of citizenship to the extent that in the western world the word has invaded political discourse creating in its wake an all to often used and abused adjective. In due course the concept itself has indeed been distorted both in time and space all the more so given that it has a tendency to constantly change with the ebb and flow of political debate. Each chapter of this book looks at one particular aspect of the contemporary concept of citizenship. The French context is not discussed as such but provides a common reference framework for discussion. (French Language Book)